A la découverte du monde à 20km/h…

Articles tagués “ascension

Chapitre 14: Bande-annonce: William en Amérique du Sud

Souvent, on me pose la question: « Que vas tu faire en Amérique? » Il est temps de vous livrer mon planning, bien chargé, mais aussi complètement différent de ce que j’avais prévu initialement, des trois prochains mois.
Vous, mes fidèles lecteurs, vous vous rappellez certainement des difficultés que j’ai rencontrées au Maroc, difficultés d’ordre moral et psychologiques relatées dans le chapitre 7. Pas de plaisir, solitude accablante, envie de rentrer, marre de pédaler, besoin de changer de plans pour la suite du voyage. La partie latino-américaine de mon périple est la victime de ce coup au moral ou plutôt la bénéficiaire. C’est cette partie que j’ai décidé de complètement revisiter, et j’en suis bien content, je me réjouis à 200% de ce qui m’attend!

Rio->Ricardo

Avant toute chose, rappelons à ce qui ne vont pas régulièrement consulter ma position satellite que j’ai atterri à Rio de Janeiro le 27 ou le 28 octobre, je ne sais plus. l’avantage d’être en vacances pendant une année, c’est d’avoir le luxe de pouvoir oublier les dates, de perdre la notion du temps. Cela contribue à amplifier ce sentiment de liberté qui est si grisant. Bref, nous y reviendrons, je ne suis pas là pour disserter à ce propos. Donc je suis À Rio depuis environ 5 jours, Ricardo, l’ami de mes parents qui m’héberge me fait découvrir les différents charmes que la ville peut offrir. Je découvre de nombreux aspects de Rio qui m’auraient étés inconnus sans son aide. C’est chez Ricardo que ma monture va se reposer pendant 3 mois, en attendant se s’envoler vers la Suisse, puis vers l’Asie.

Brésil->Carla

Ce soir, Carla arrive à Rio.  Il s’agit d’une bonne amie de l’université qui, cette année, travaille dans une ferme vers Florianopolis, à environ 1’000km au sud de Saõ Paulo. Elle travaille dans une petite ONG perdue entre forêt, océan, montagne et lagune. Il paraît que c’est magnifique, je vais y faire escale quelque jours si tout va bien. Donc une fois que Carla sera à Rio, nous descendrons jusqu’à Florianopolis en bus, en nous arrêtant à plein d’endroits qui ont l’air d’être digne d’intérêt. Je lui fais confiance, c’est elle la guide sur cette partie du voyage, deux semaines au total!

Aconcagua

Le 16 novembre au soir, je m’envole depuis Porto Alegre pour rejoindre Santiago, la capitale du Chili. Une fois sur place, je tente de trouver quelques cartes et sûrement un peu de matériel de randonnée. Une fois cela accompli, je cours rejoindre les pentes du Cerro Del Plomo ou du Marmolejo. Ces sommets culminants respectivement à 5’425 et 6’110m, me permettront de faire une première course d’acclimatation. Le but n’est pas forcement d’atteindre le sommet d’une de ces deux montagnes, mais de monter le plus haut possible pour habituer mon organisme à la différence de pression et au manque d’oxygène. Ces treks durant environ 5 jours, je n’en effecturais qu’un car le 25 novembre j’ai rendez-vous à Mendoza, côté argentin, pour rejoindre les membres d’une expédition en route pour l’Aconcagua!

« Aconcagua », quel nom bizarre! Qu’est-ce, un serpent? Une île? Non! Il ‘agit d’une autre montagne, mais pas n’importe laquelle! Du haut de c’est 6’960m, c’est le plus haut sommet des Amériques, et ainsi, la plus haute montagne hors de l’Asie. La particularité de l’Aconcagua est qu’il se trouve dans une région extrêmement sèche, du coup, il y a que très peu de neige sur les flanc du massif. Par conséquent, il est possible de parvenir au sommet sans trop de difficultés techniques, le tout étant de savoir s’adapter à une telle altitude et de pouvoir vaincre les caprices du temps.

Ainsi, du 25 novembre au 12 décembre, je serai sur les pentes de cette belle montagne, en espérant que celle-ci me laissera tâter son sommet.

Santiago-Lima->Paris

La diaspora lausano-géographe est présente partout dans le monde, ainsi quant on sait qu’un de nos confrères est dans le coin (c’est-à-dire sur le même continent), on court le rejoindre pour passer du temps avec lui. C’est ce que fait Paris, qui fait un échange et étudie dans la jolie ville de… Québec auCanada! Certes, c’est loin, mais le jeu en vaut la chandelle! Ensemble nous allons remonter en bus, en car, en stop ou en lama s’il le faut la Cordillière des Andes en passant par le Chili, la Bolivie et le Pérou. Nous célébrerons peut-être Noël en plein Atacama, et Nouvel-An au milieu du Salar d’Uyuni, qui sait! La classe, non?

Pour l’instant, c’est tout ce qui est prévu. Une fois à Lima, je me débrouillerai pour retourner à Rio retrouver mon bel étalon, euh, mon beau vélo, et je m’envolerai pour l’Asie du Sud-Est après une courte escale en Suisse. Affaire à suivre…

JE RESUME POUR CEUX QUI N’ONT PAS SUIVIT:

2 semaines de tourisme brésilien avec Carla

1 semaine de trek d’entraînement au Chili

3 semaines d’expédition à l’Aconcagua

3 semaines de vadrouille dans les Andes avec Paris

??? Jusqu’au 22 janvier.

à suivre ….

 


Chapitre 8: Du Toubkal…

Retour à Marrakech. Ces jours de repos m’ont fait du bien, je suis motivé, mais je ne me fais pas d’illusion, je sais qu’à tout moment je peux replonger dans l’ennui. A moi de trouver les moyens pour éviter que ça se reproduise!

Tout d’abord, en route pour le Haut-Atlas! Durant la première partie du voyage, j’ai réalisé que j’avais besoin de faire des marches; même si je ne fais pas de randonnées très régulièrement en Suisse, je sens qu’ici ça me manque.

Ainsi, de Marrakech à 450m je monte jusqu’à Imlil, 1’740m, petit village au départ des principaux treks que le massif propose. L’ambiance montagnarde me plait, même si on sent l’influence citadine de Marrakech. Je plante ma tente dans le jardin du refuge du club alpin…français. Tenu par une Française d’une soixantaine d’années, il s’apparente plutôt à une auberge de jeunesse. Le vrai refuge, toujours du CAF, il est là, en-haut, dans les rochers à 3’200m. Le lendemain, 1’400m plus tard, j’y arrive. Il est midi à peine. J’ai bien marché sur ce chemin ou cohabitent muletiers et trekkeurs européens. Heureusement qu’ils cohabitent car ces mules transportent toutes les affaires de nombreux marcheurs qui partent trekker plusieurs jours en compagnie d’un guide. Pour avoir rencontrer quelques uns de ces petits groupes, j’en arrive à la conclusion que ça doit être bien sympa d’évoluer ainsi, et de découvrir l’Atlas avec l’aide d’une personne qui en connaît un rayon sur l’histoire, la géographie et les us et coutumes de la région.
Au refuge, le vrai (3’200m), je dépose mes quelques affaires (puisque je n’ai qu’un petit sac de 10L avec moi, je n’ai quasiment rien), je mange un peu et commence à me prélasser et à discuter avec les autres trekkeurs. Il est 14h et je décide quand même d’aller explorer la vallée, et tenter d’apercevoir le Lac d’Ifin depuis un col. Je ne pars qu’avec mon appareil photo, de l’eau et un pull. Très vite je me rend compte que j’ai pris le mauvais chemin: je suis en train de monter vers le Toubkal! Tant pis, je me le réservais pour le lendemain, mais si dieu le veut…  »Inch Allah »!
J’entame donc la montée dans le pierrier, et… ça glisse! Peut importe ce que peut dire Murielle, grande militante anti-bâtons de marche, ici ils auraient été utile!

J’arrive au sommet vers 16h00. Je suis a 4’167m et je suis parti d’Imlil 8 heures plus tôt à 1’700m. En 6 heures de marche les 2’400m de dénivelés je les sens. Le manque d’oxygène me monte à la tête et j’ai un peu l’impression d’être sur un nuage. Comme qui dirait: « c’est un peu comme avoir fumé un demi-joint en prenant du poppers ». La vue est superbe. Ça vaut vraiment le détour! Je vois des montagnes arrondies, basses et très jaunes à l’Est, et des géants plus anguleux à l’Ouest. Au Nord on peut deviner Marrakech dans les nuages, et au Sud… encore des montagnes. Pour le Sahara il faudra attendre un peu!

J’arrive à rentrer juste avant la nuit, et surtout juste à temps pour le repas! C’est marrant, on se croirait dans un refuge au cœur du Valais: les cartes sur les murs, le piolet au dessus de la cheminée, mais ce soir on mange…de la tajine! On ne trouve pas des roestis ou des croûtes au fromage partout! 😀 Durant le repas je fais connaissances avec deux trios de Polonais et de trois jeunes Marrakechis venus 4 jours en vacances dans l’Atlas. Avec eux je discute pas mal. Ils parlent assez bien français et l’un deux est même allé quelques mois en Bretagne pour faire un stage d’agronomie. Dans le dortoir en revanche, je tombe sur trois Irlandais de 60 ans. Ils ont fait le Mt-Blanc et le Kilimanjaro, et cette année c’est le Toubkal. Eux, ce sont des vrais, le brandy coule à flot!

Le lendemain, après une nuit agitée et courte (pleine lune?), je repars vers le col d’où je peux apercevoir le fameux Lac d’Ifni. Il parait que sa couleur est exceptionnelle. Du haut du col, à 3’600m, je l’aperçois, mais rien de si exceptionnel. Je pense qu’il faudrait s’en rapprocher et s’y baigner pour apprécier.

Je redescends donc d’une traite jusqu’à Imlil. Les jambes en coton après 2’000m de descente, j’arrive dans le village et entend « William, William! » Mes trois amis marrakechis du refuge m’invitent à leur table et ensemble nous partageons une tajine à la manière où en Suisse on aurait partagé une fondue après une jolie course en montagne. Il faut que je prenne des forces car demain je reprends la route en direction du fameux col Tizi N Test….à suivre, tatatam!!