A la découverte du monde à 20km/h…

Episode 4, Le GR5 sans fin

Previously, on 20kmh…

Après avoir échappé à un festival de coulées de boues, William parvient à Tignes, une ville au charme particulier. Puis, c’est puant de la tête aux pieds qu’il a enfin l’occasion prendre une vraie douche lors de sa journée sabbatique passée chez son filleul.

Partie 4

Carnet de voyage

Vendredi 14 Août, 11ème jour, Parc National des Queyras.

– Départ 7h de Villars St-Pancrace

– Arrivée 20h au Lac Miroir,

->1h30 de pauses, 11h30 de marche

– Dénivelés +3050m, -2080m

– Temps : beau et chaud

– Chansons (passant en boucle dans ma tête) : Société et Manu de Renaud, Les Cités d’or d’Explosion de Caca.

Chaque soir, j’écris environ deux pages dans mon carnet de voyage. Durant mes vacances, je l’emmène partout où je vais, afin de retranscrire mes émotions, de me rappeler des paysages ou des lieux visités. Au fils des voyages, le moment de l’écriture est passé du stade de la corvée à celui de la nécessité. En écrivant, je me rappelle des bons moments de la journée, des noms des cols, des altitudes, et surtout de certaines anecdotes qui me reviennent en tête alors que je les aurais oubliées sans cette petite rétrospective. Décorés par de rares dessins, quelques feuilles de plantes ramassées ça et là, des timbres ou des tickets de métros des villes visités, et de photos collées au retour de voyage, mes carnets de voyages sont à mes yeux des biens extrêmement précieux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Queyras…

Cette 11ème étape est l’une des plus longues du trek, et aussi l’une des plus chaudes. Avec plus de 3’000m de dénivelés positifs, c’est aussi celle qui montait le plus ! Heureusement, lorsque je croisais des promeneurs et que je les arrêtais pour demander à jeter un œil à leurs cartes, ceux-ci m’ont régulièrement tendu des fruits secs, du chocolat, et même des croissants !

Le parc des Queyras est très vert, et les paysages magnifiques. La longue ascension du Col Fromage permet aussi bien d’observer les différents étages de végétation, que la répartition des randonneurs en fonction de l’altitude. Les plus expérimentés, souvent des jeunes couples sportifs ou des retraités habitués des lieus se trouvent proches du sommet (là où la végétation est la moins dense). En revanche, les familles avec enfants ou les randonneurs occasionnels s’agglutinent dans un rayon de dix minutes d’une quelconque buvette ou bistrot, ou encore là où la forêt permet de s’abriter du soleil et piqueniquer au frais.

Vers le Col Fromage

Il est 18h45 lorsque je traverse le joli village de Ceillac à 1600m. Je suis fatigué, mais je me trouve en fond de vallée et j’aimerais beaucoup dormir près du Lac Miroir à 2300m. Les promeneurs rencontrés ces derniers jours m’ont dit beaucoup de bien de ce petit lac aux reflets somptueux. Je décide de me lancer dans un dernier effort, très intense à cause du rythme que je me suis imposé afin de ne pas arriver de nuit, et c’est avec émerveillement que j’atteins les rives du bord du lac aux alentours de 20h15.

J’y plante ma tente sur une terrasse herbeuse surplombant le lac d’une vingtaine de mètre afin de profiter des derniers rayons de soleils. En me faisant  à manger, j’observe mes voisins (campant à une bonne centaine de mètre). Il s’agit de deux jeunes, un peu hippies, marchant depuis deux jours avec un âne. Cela se fait beaucoup dans le parc à leurs dires. Les quelques instants de jours qui me restes sont idylliques. Je repose mes pieds dans un parterre fait d’une herbe drue mais grasse. Je m’autorise l’écoute de trois chansons de Renaud enregistrées sur mon portable (afin de ne pas utiliser trop de batteries). La température étant bonne, je décide de rester dehors jusqu’à ce qu’il fasse nuit noire. J’en profite alors pour écrire dans mon carnet de voyage. Moments forts, émotions, pensées, remarques sur mon organisation ou le matériel, je note tout ce qui est important à mes yeux. En faisant ceci, je me remémore avec le sourire d’un moment fort de la journée :

Durant la montée menant de Ceillac au lac, j’arrête un couple de parisien fraîchement débarqués dans les Hautes-Alpes afin de leur demander combien de temps il faut compter pour rejoindre le lac. L’homme, la cinquantaine, avec un training Adidas, un bob Perrier délavé, des chaussures de marche mal lacées et un bide à bière conséquent me dévisage et me regardant d’un air ahuris :

« – Vous voulez quand même pas monter là-haut ce soir !?

– Si, je pense y camper ce soir, il paraît que c’est super beau.

– Ah ça oui c’est superbe, mais il va faire nuit !!! C’est d’la merde pour monter !

– Ah, bon, mais le fait qu’il fasse nuit me gêne pas trop, c’est mieux pour dormir… »

A ce moment-là, sa femme intervient. Malgré le fait que la portion du chemin dans laquelle nous nous trouvons est particulièrement sombre, elle s’obstine à garder ses lunettes de soleils à grosse monture. Son bob à elle lui descend très bas sur le front, et son nez est encore blanc (mais vraiment TRÈS blanc) de crème solaire mal étalée :

« – Il a raison, c’est vraiment très dangereux, y’a plein de cailloux !! Vous n’avez même pas de cordes !

– Je pense que ça devrait aller, ça fait 10 jours que je marche et…

– Lui : Oui, mais à moins que vous ayez un rendez-vous avec quelqu’un (oui oui, un rendez-vous…), c’est vraiment trop risqué. Si vous avez un accident, j’vous aurai prévenu, j’suis pas responsable ! »

Lac Miroir

Finalement, après cinq minutes de conversation, je décide de prendre congé. J’ai beau avoir essayé de leur faire comprendre que j’ai déjà fait de nombreuses montées de ce type, rien à faire, pour eux il s’agit de la face nord de l’Eiger. Je suis quand même curieux de voir à quoi m’attendre, mais d’après d’autres témoignages, cette côte ne devrait pas représenter de difficultés particulières…

En fin de compte, la montée s’est avérée être très classique, avec il est vrai une partie très pentues avec des graviers très fins faisant glisser. Je me demande encore ce que ce couple à vécu durant leur balade pour être aussi paniqués à l’idée que je puisse monter seul à cette heure…

 

Peu de monde

Les jours suivants, j’évolue dans deux des départements français à la plus faible densité de population : les Hautes-Alpes et les Alpes de Haute-Provence. Aussitôt, je constate que le GR5 est très peu fréquenté, au point de ne plus être indiqué très clairement par endroits. Les paysages sont toujours plus secs, et le soleil tape de plus en plus fort. Aussi, je consomme toujours plus d’eau.

Coin perdu

A Larche un village de moins de 100 habitants situés à presque 1700m d’altitude, je ne peux que constater que mon portable est plongé dans un profond coma. Je décide donc de partir à la recherche d’un chargeur Nokia, et d’une prise de courant. Je tente ma chance dans un hôtel, et par chance, le chef accepte de garder mon téléphone le temps que je me trouve une place pour planter ma tente. Je m’installe à proximité de l’Ubayette, en plein milieu du village. J’y fais ma lessive au savon d’Alep, et je me lave dans l’eau glaciale de la rivière. Ça fait un bien fou, et c’est « tout-beau-tout-propre » que je retourne à l’hôtel pour retrouver mon portable/appareil photo, et boire un cidre. Quelle sensation agréable de retrouver le confort d’une terrasse alors que la nuit tombe lentement. Je peux écrire dans mon carnet en position assise, en m’adossant au dossier d’une chaise en osier ! Le cidre est le bienvenu lui aussi.

 

Un après-midi, je parle deux minutes avec un jeune berger avec de grosses dreadlocks ( !). Il travail pour le compte d’un agriculteur dont la ferme se trouve près de la mer. Chaque étés, la centaine de mouton est acheminées par camions jusqu’aux pieds des Alpes où les bovins partent paître durant près de trois mois. Il m’explique que durant ses journées, il monte ou il descend en altitude en prenant soin de ne pas laisser ses bêtes séjourner trop longtemps sur les paliers supérieur où l’herbe est grasse et riche, mais rare et fragile. Le soir, il retourne à l’altitude de la forêt et veille sur les moutons jusqu’à tard dans la soirée avec l’aide de son chien, en espérant que les loups ne lui en croquent pas un ou deux. Lorsque je lui demande s’il est possible de camper non loin d’ici, il m’affirme que oui, mais il ajoute : « Fais attention aux loups ! J’en ai vu il y a deux jours dans l’coin !». Rassurant !

 

Le mercredi 18 Août, j’entre dans le parc du Mercantour. Dernière ligne droite ! Après avoir choisis de suivre le GR52 direction Menton, je sors du village au nom très provençal de Saint Dalmas de Valdebore. Il s’agit du dernier point de ravitaillement avant la fin du voyage. Malheureusement, le commerce du village étant fermé, je n’ai pu me procurer que deux baguettes congelées auprès d’une sympathique tenancière de bistrot. Il faudra faire avec !

 

Un feu pour éloigner les loups!

Je me rapproche de la mer. J’ai hâte de la voir! Les derniers jours du voyage seront marqués par une rencontre aussi exceptionnelle qu’enrichissante, des décharges d’adrénalines face aux caprices des cieux, et un dépaysement radical lors du retour à la civilisation.

 

A suivre…

 

Publicités

2 Réponses

  1. delaune

    ton parcours nous ramène 10/30 ans en arrière
    nous en avons fait à l’époque des étapes de « confort »
    le col Fromage avec J.B ET M.G, ils avaient 6ans le Lac miroir si !!!!! fort en dénivelé pour une 1ère rando (sans entrainement)
    je ne parle pas des Alpes du Nord

    Merci de faire partager tes émotions

    BRAVO WILLIAM

    BOUJOU

    Dominique

    14 mars 2011 à 14 h 32 min

    • Merci! C’est fou qu’ils soient monter sans rechigner en haut du col Fromage à cet âge!!
      J’en profite pour te souhaiter un bon anniversaire! Et salutations à toute la famille!

      14 mars 2011 à 22 h 07 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s